Comment apprendre à entreprendre ?

Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

Comment apprendre à entreprendre ?

Pour sortir la tête de l’eau dans les situations de dépendance, il est très utile de savoir entreprendre sans trop attendre. L’entrepreneuriat permet à ceux qui s’y adonnent de s’organiser à leur gré et de trouver une forme d’indépendance financière en s’adaptant à de nombreuses situations de la vie. Mais entreprendre, cela requiert un minimum d’apprentissage. Ci-dessous, quelques méthodes pour l’apprendre.

S’appuyer sur la créativité artistique

Le principe de cette méthode consiste à s’essayer à la conception d’une œuvre artistique. Cet apprentissage peut se faire en équipe. Pour cela, les apprenants peuvent choisir ou recevoir un thème de leur tuteur, un thème sur lequel ils pourront s’exercer dans une perspective de problem-finding & problem-solving. Plus qu’on ne l’imagine, il existe beaucoup de similitudes entre les deux bords : l’art et l’entrepreneuriat. En joignant l’art à l’entrepreneuriat, il est facile de créer un univers informel et conceptuel avec peu ou pas de ressources. C’est dans ces conditions que l’imagination créatrice des apprenants les amènera à entreprendre ou à entrevoir des actions bénéfiques et opportunes.

Les erreurs et les échecs dans la mise sur pied des œuvres leur auront appris qu’il est parfois souhaitable d’abandonner les paradigmes habituels, de reculer et d’envisager de nouvelles voies. 

L’innovation frugale

L’utilisation des moyens disponibles pour résoudre les situations compliquées relève d’une approche immersive. Par la méthode de l’innovation frugale, les élèves entrepreneurs  créent une auto-organisation ou une micro-entreprise moyennant des idées nouvelles. A titre d’exemple, pour apprendre à entreprendre, et précisément pour apprendre à fidéliser les clients d’un espace de coworking, des élèves entrepreneurs ont mis en place pour les coworkers des activités à mener collectivement (comme la cuisine en atelier) afin de favoriser le brassage et la communication en dehors du bureau. L’objectif de cet apprentissage par les innovations frugales est de savoir proposer des réponses originales et utiles pour des besoins pratiques. Partir du flou, pour proposer du clair, c’est cela l’entrepreneuriat. Il a trois piliers que sont :

Context-based- learning : connaitre et se baser sur les réalités du terrain ;

Crossover learning : études croisées avec des consultations de cours ;

Brainwalking : réfléchir en marchant.

Apprivoiser les réalités incertaines

Pour apprendre à maitriser l’incertitude, il faut par exemple apprendre à dompter un cheval tout en restant distant à deux mètres pour le moins. Au cours de cet exercice appelé horse coaching, l’apprenant disposera de deux montures et leur fera faire le tour de la piste en marchant et en trottant. Pour diriger le cheval, il usera des gestes de main, la voix ou le déplacement si besoin. Dans cet exercice, celui qui apprend à entreprendre gagnera beaucoup. Il s’appliquera à être précis et clair dans ses intentions, car les chevaux sont très sensibles et exécutent le moindre geste. Leurs réactions permettent à l’apprenant de percevoir ses propres forces et faiblesses dans l’élaboration de ses intentions et sa façon de les exprimer. 

Les animaux matérialisent l’incertitude en tant que tel. Le domaine de l’entrepreneuriat est un domaine rempli d’incertitudes (la concurrence, les périodes de pique, la mévente, etc.) que l’entrepreneur est appelé à gérer. Manipuler des chevaux, c’est s’apprêter justement à affronter le caractère mouvant et évanescent de toute entreprise humaine.


Toutes ces techniques conduisent petit à petit à découvrir et à apprendre ce que veut dire entreprendre et comment s’y confronter.